header.jpg

Articles Header Bidding à la une

 March 20, 2018

Quelques conseils pour les éditeurs utilisant le Header Bidding

Malgré son adoption de plus en plus large, le header bidding reste un sujet aux contours obscurs. Beaucoup d'éditeurs le considèrent avec méfiance, craignant qu'il ne soit trop compliqué, trop risqué, notamment source de latence et de fuites de données.

 

Mais ne craignez rien ! Bien que le Header Bidding ne soit pas si facile, il reste un processus raisonnablement clair avec des avantages prouvés pour les éditeurs.

Voici trois choses que chaque éditeur doit savoir:

En théorie, le header bidding est une solution de contournement la plus couramment utilisée par les éditeurs qui s'appuient sur DoubleClick For Publishers (DFP) de Google pour la gestion des annonces. Contrairement aux autres Ad servers, DFP ne permet pas aux éditeurs de générer des demandes RTB directement à partir de plusieurs sources.

 

Il permet uniquement aux offres d'AdX de rivaliser avec les campagnes directes. Google pourrait argumenter que la plupart des sources de demande s'intègrent déjà à AdX, mais AdX est une boîte noire classique, et les limites de ce système fermé sont évidentes.

 

De manière réaliste, DFP contrôle une part de marché écrasante. Jusqu'à récemment, les éditeurs avaient peu de recours sinon d'accepter ses enchères fermées. Le header bidding modifie cette équation. C'est un hack autour de la structure désavantageuse de DFP.

 

Récemment, Google a annoncé sa propre réponse au Header Bidding - un produit appelé First Look.

 

À première vue, First Look ressemble beaucoup au Header Bidding. Sauf que ce ne l’est pas. First Look établit une enchère préférée avec un prix plancher. Même s'il s'agit d'une innovation utile à certains égards, First Look ne résout pas les limites structurelles de DFP. Les éditeurs ne peuvent toujours pas accéder directement à plusieurs canaux de demande, et ils sont toujours bloqués dans la boîte noire qu'est AdX. En effet, First Look vous laisse juste où vous avez commencé.

 

Certains éditeurs craignent légitimement que le chargement de scripts supplémentaires sur leurs pages se traduise par une latence accrue.

 

En fait, si vous choisissez le bon code et que vous l'appliquez efficacement, la latence cesse d'être un problème. Soyez particulièrement attentif à ce que votre solution Header Bidding lance une enchère synchrone ou asynchrone et déterminez si vous avez correctement géré vos intégrations. Si c’est correctement exécuté, vous pouvez augmenter la monétisation sans dégrader l'expérience utilisateur.

 

Certains éditeurs s'inquiètent également de la fuite de données. Et bien, si vous connaissez vos partenaires et que vous comprenez leurs pratiques et politiques, vous pouvez protéger vos données.

 

Parce que son but ultime est de soutenir un écosystème transparent et ouvert pour la publicité digitale, Le header bidding devrait être libre et gratuit. Aujourd'hui, plusieurs wrappers Header-Bidding de domaine public sont disponibles, y compris prebid.js.

 

Si quelqu'un essaie de vous vendre un wrapper Header Bidding propriétaire, méfiez-vous. Certains fournisseurs peuvent biaiser leurs propres canaux de demande, évitant ainsi tout l'objectif du Header-Bidding.

 

En fonction de leur compétence technique, certains éditeurs peuvent juger nécessaire de payer pour la mise en œuvre et le service. La beauté du code open-source est qu'il peut être supporté par plusieurs acteurs. Ces acteurs serviront de contrôle contre les tentatives d'un partenaire de service unique de faire pencher la balance vers ses propres sources de demande.

 

En dernière analyse, Le Header Bidding n'est peut-être pas la solution la plus élégante, mais dans un monde où DFP maintient un système d'enchères fermé et opaque, il reste la meilleure option pour les éditeurs cherchant le prix le plus juste possible.

 

 

Prêt pour la prochaine étape ? Prévoyez du temps pour rencontrer notre équipe.

 

 New Call-to-action