L’ads.txt, l’outil indispensable pour tout éditeur

Les éditeurs ne disposant pas d’un fichier ads.txt mis à jour n’optimise pas leurs revenus et risquent de perdre davantage dans un avenir proche.

Malgré la forte adoption initiale d’ads.txt après sa publication il y a 1 an et demi , on observe que le taux d’adoption a stagné au cours des derniers mois. Au cours du dernier trimestre, plusieurs éditeurs n’ont pas adopté cette initiative et leurs résultats financiers en pâtissent.

Au sujet de l’intégration et d’adoption, le site web spécialisé dans l’adtech Mindmedia a récemment lancé un outil qui permet d’analyser rapidement l’intégration et l’utilisation d’ads.txt chez un grand nombre de sites web : https://www.mindnews.fr/ads-txt-scan

Les éditeurs doivent savoir que Ads.txt est une opportunité et non un handicap. Ads.txt offre la possibilité d’améliorer les relations avec les annonceurs, d’améliorer les expériences publicitaires des internautes et, en définitive, d’améliorer les revenus. Les annonceurs ont pleinement exploité les avantages d’Ads.txt et nombre d’entre eux ont déclaré qu’ils n’achèteraient plus d’inventaire sans un fichier mis à jour d’ici la fin de l’année. Et Google a annoncé qu’ils achèteraient par défaut, à travers leur plateforme Display and Video 360 d’ici à fin 2018, uniquement de chez les vendeurs autorisé par l’Ads.txt.

Si les éditeurs ne l’ont pas déjà fait, voici pourquoi ils doivent implémenter Ads.txt, et le maintenir à jour, dès que possible.

C’est indispensable pour les éditeurs de toutes tailles

Ads.txt est tout aussi important pour les petits éditeurs que pour les plus grands de l’industrie.

Ads.txt a en partie profité aux grands sites, car il a forcé les mauvais acteurs de la publicité digitale à travailler avec de plus petits éditeurs. Il est donc crucial que les petits éditeurs, qui semblent les plus réticents à adopter Ads.txt, se protègent eux-mêmes. L’établissement et le maintien de ces normes exigent à la fois une transparence de tout l’écosystème RTB et une adoption à toute échelle.

Ads.txt attire les annonceurs

Les plateformes permettant l’achats d’espaces publicitaires DSP accordent un traitement préférentiel aux ad-echanges sur l’Ads.txt depuis plus d’un an, ce qui signifie que les éditeurs qui ne sont pas à jour perdent de l’argent.

Cela ne changera pas. Lorsque les acheteurs cesseront complètement d’enchérir sur leurs inventaire sans fichier Ads.txt, ces éditeurs seront exclus des dépenses programmatiques.

L’implémentation est simple

L’implémentation d’Ads.txt offre le meilleur retour sur investissement qu’un éditeur peut obtenir.

Les ad-exchanges aideront les éditeurs à implémenter Ads.txt. Si les éditeurs le demandent, les ad-exchanges se doivent de fournir les éléments Ads.txt nécessaires, s’ils ne l’ont pas déjà fait. Il suffit de copier-coller sur le fichier ads.txt pour les installer.

Une fois que les éditeurs ont adopté l’ads.txt, ils doivent le garder à jour. Cela est cruciale. Les éditeurs doivent prendre le temps de conserver leur fichier, sinon ils risquent de ne pas en avoir du tout. Il suffit d’un mauvais chiffre ou d’un ajout de www et le fichier peut empêcher l’autorisation, ce qui entraîne des impressions invendues ou un inventaire vendu à prix faible.

L’effort de mise en œuvre et de mise à jour vaut bien la protection des revenus que cela permet. Les éditeurs doivent noter sur un agenda pour suivre la mise à jour mensuelle ou trimestrielle, et utiliser des vérificateurs de fichiers Ads.txt en ligne pour s’assurer qu’ils n’ont commis aucune erreur.

Il doit être complet

Il est vrai que certains fichiers ads.txt deviennent très long et qu’il existe de nombreux revendeur pour plusieurs ad-exchanges. Cependant, pour le moment les robots qui explorent le Web à la recherche de ces fichiers veulent simplement informer les DSPs de la légitimité d’un inventaire, ils ne se soucient pas de l’esthétique. Les éditeurs ne devraient pas avoir peur d’inclure des informations supplémentaires qui pourraient les aider.

En revanche à terme dans une seconde phase il serait intéressant de faire le tri dans ces informations en se concentrant uniquement sur les ad-networks qui fonctionnent le mieux et avec lesquels la relation est la plus directe avec le moins d’intermédiaires. Une société comme Adlive qui est indépendante vis à vis des SSPs et propose une intégration du header bidding simple et rapide à pour vocation à aider les éditeurs et les conseiller pour la création et les mises à jour de leur fichier ads.txt. En redonnant le contrôle de leur monétisation aux éditeurs Adlive pourrait permettre de limiter les lignes présentes sur le fichier en se focalisant sur une dizaine de SSPs réellement diffusés et actifs sur le site et avec un contact le plus direct possible avec l’éditeur. Cela donnera à terme plus de valeur à l’inventaire du publisher qui ne sera répertorié dans moins de comptes SSPs tiers.

Un outil est déjà disponible ici pour aider les publishers à concevoir le contenu de leurs fichiers ads.txt : http://ads.txt.adlive.io/ads.txt.php

Zéro inconvénient

La transparence et la confiance sont deux des facteurs les plus importants dans les relations ad tech, et la lutte contre la fraude figure en tête de la liste des objectifs de chaque annonceur. Un éditeur qui applique les dernières mesures de protection rend son inventaire plus attrayant, augmente les opportunités de revenus et s’assure qu’il est bien placé pour tirer parti des changements du secteur.

L’Ad Tech évolue constamment et l’ads.txt représente un grand pas en avant. Il est temps que les éditeurs hésitants adoptent l’ads.txt et profitent des nouveaux partenariats et opportunités que cela offre.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut