Les Consent Management Platform et la légalité

Les plates-formes de gestion du consentement CMP constituent la réponse d’Ad tech au règlement général européen sur la protection des données RGPD. Ces plates-formes fournissent des outils pour collecter le consentement des utilisateurs pour le traitement des données et le ciblage des annonces. Les CMP sont censés – théoriquement – assurer transparence et responsabilité à la chaîne logistique des annonces, aidant ainsi les éditeurs à rester confiants lorsqu’ils affichent des annonces programmatiques.

Problème : de nombreux CMP ne sont pas conformes au RGPD

En effet, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les CMP peuvent ne pas satisfaire au RGPD. Certaines d’entre elles pourraient être surmontées via les révisions UX, tandis que d’autres sont plus existentielles et menacent la technologie de base.

La plupart des CMP utilisent une fenêtre contextuelle avec une mention rapide sur les cookies et un choix entre «accepter» et «refuser». Ces invites sont claires, intuitives et offrent un moyen facile de donner son consentement. Cependant, une déclaration générique sur les cookies avec une invite de consentement binaire peut ne pas satisfaire le seuil de consentement éclairé, même s’il existe un lien «Gérer le consentement» qui permet d’approfondir ce système.

Autre problème : le droit de rétration. En effet, peu de CMP laissent à l’utilisateur le choix de modifier ses paramètres facilement. Ce sera au tribunal de décider de la légalité des CMP ou pas.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut