header.jpg

      Articles Header Bidding à la une

       November 21, 2018

      4 astuces header bidding pour booster votre CPM

       

      Les éditeurs français se tournent depuis un peu plus d’un an vers le header bidding de manière plus ou moins déterminée à la recherche de leviers de revenus supplémentaires. Il ressort de ces expériences une nette augmentation des revenus issus des campagnes programmatiques. Cependant la mise en place du header bidding s’opère de manière différente selon le profil des éditeurs et leurs objectifs: en interne ou externalisé, en utilisant prebid.js ou une solution propriétaire…

      Voici quelques conseils et astuces pour exploiter tout le potentiel du header bidding.

       

      #1 Choisir le bon nombre de partenaires header bidding

      Tout commence par le choix des partenaires. Choix crucial, déterminant. Bien entendu, le nombre et la nature des partenaires permettant d’optimiser les niveaux de CPM et l’expérience utilisateur varient en fonction des sites et des technologies utilisées. Ceci dit, nous avons pu observer une moyenne de 5 à 7 SSPs appelés en client-side pour la majorité des sites monétisés à travers le header bidding, parfois plus aux USA. En revanche les éditeurs ayant recours à une intégration hybride ou server-side parviennent à connecter jusqu’à 15 partenaires sans impact sur la latence. Ce cas, surtout observé aux USA est expliqué par la présence de SSPs de niche recherché par les éditeurs pour maximiser le CPM de plusieurs poches d’audience pour, au final, impacter considérablement le CPM de plus de 30% de l’inventaire. Il n’y a pas de formule magique, je recommande donc de tester et de monitorer de près la performance de chacun des partenaires en termes de CPM et de win rate pour prendre les bonnes décisions relativement tôt.

      #2 Mesurer et suivre la performance des partenaires header bidding

      Il est fondamental de mettre en place les outils permettant de mesurer et piloter la performance de vos partenaires header bidding. Il ne s’agit pas d’ajouter un partenaire header bidding et d’attendre que tout se passe pour le mieux comme par enchantement, car d’enchantement il n’y aura point.  Je vous recommande plutôt de commencer par une phase A/B testing afin de pouvoir révéler la performance unitaire de ce nouveau partenaire de demande notamment au niveau des KPIs suivants

      • Niveau de CPM

      • Win rate

      • Temps de réponse / Latence


      Il est également pertinent d’avoir recours à une gestion dynamique en intégrant de nouveaux partenaires de demande en phase de test et, éventuellement, les supprimer rapidement en cas de performance non satisfaisante.


      #3 L’expérience utilisateur est une priorité - Attention à la latence

      Au cas où cela vous aurait échappé le temps d’un instant, les visiteurs sont plus venus sur votre site pour lire votre contenu que pour visualiser les pubs de vos annonceurs. Curieux quand même ces visiteurs…  Techniquement parlant, s’il est vrai que le header bidding permet d’obtenir de meilleurs temps de chargement que le bon vieux système en waterfall, une configuration non optimale peut rapidement transformer la navigation sur votre site en véritable cauchemar. Pour se réveiller, les visiteurs ont le choix entre quitter votre site et ne plus jamais revenir, ou se faire prescrire une bonne dose d’ad blocker avant d’y retourner pour bénéficier d’une expérience utilisateur décente. La solution? Monitorer les temps de latence de vos partenaires et, simplement, garder uniquement les bons élèves.

      Il ya vraiment un arbitrage à faire pour chaque éditeur entre l’expérience utilisateur et le CPM. Mais cet arbitrage tend à être de plus en plus évident à trancher dans la mesure où les sites offrant la meilleure expérience utilisateur tendent à avoir un niveau d’engagement élevé avec leurs visiteurs et souvent, cela est accompagné d’un niveau de CPM plus élevé (cf mesure de viewability…). On retient donc, priorité à l’UX les amis.

       

      #4 De la data pour piloter votre performance

      Il est fondamental de collecter et analyser les données relatives aux campagnes diffusées sur votre site, en particulier, les statistiques des bid requests, des temps de réponses pour chacune des enchères. Par exemple l’analyse différenciée des temps de réponse des SSPs sur le mobile et sur le desktop permet de faire ressortir les avantages comparatifs des différents partenaires. De même, l’analyse des écarts de mesure, des win-rates et des time-out des différents partenaires permet d’identifier des axes d’optimisation de revenu considérables au niveau de chaque éditeur.


      En définitive, soyez curieux, testez, mais surtout, mesurez et analysez tout, absolument tout. Vous avez tout à y gagner.

      Prendre RDV
      Inscription Newsletter