RÉDIGÉ PARGrégoire Gaffié
          5 mins read

          Comment optimiser ses revenus adsense ou adexchange grâce au header-bidding ?

          Aujourd’hui de nombreux éditeurs utilisent Google Ad Manager pour gérer leur inventaire. L’adserver leur permet de diffuser des campagnes directes et des campagnes d’autopromotion mais également d’intégrer de façon native des campagnes adsense ou adexchange

           

          L’implémentation du header-bidding au sein de Google Ad Manager avec une techno comme Adlive est également conseillé et permet d’améliorer la rentabilité de l’inventaire nous allons voir comment.

           

          #1 Un accès à une demande complémentaire

          En intégrant plusieurs SSPs dans sa configuration header-bidding l’éditeur va pouvoir capter plus de demande. En effet chaque SSPs a souvent en plus d’une demande commune, chacun une demande bien spécifique. Cela lui permet d’avoir accès à une autre source de demande que celle de Google Adwords qu’il capte via les produits adsense ou adexchange. La demande des SSPs qui vient souvent des grands annonceurs nationaux et internationaux est complémentaire avec celle du réseau d’annonceurs locaux de google adsense.

           

          #2 Plus de compétitions

          Les campagnes header-bidding programmées en priorité au prix avec une granularité allant de 0,01€ à 50€ seront en compétition avec les campagnes adsense en priorité « Adsense ». Ainsi pour chaque impression les campagnes Google pour diffuser se devront de payer plus que ce que peut proposer le meilleur des SSPs appelé lors de l’exécution du header-bidding. Mécaniquement grâce à la présence du header-bidding les e-cpms adsense seront poussés vers le haut grâce à l’augmentation de la compétition.

           

          #3 Un biais de Google : mythe ou réalité ?

          De nombreux experts ont soulevé la question par le passé. L’éditeur ayant intégré Google en tant qu’adserver et toute la diffusion de publicité se faisant au sein de cet adserver, Google a la vision en temps réel sur combien est prêt à payer le SSPs gagnant lors de l’enchère header-bidding. Il est donc simple pour lui de se placer juste au-dessus en annonçant le prix payé après la réponse du SSPs. C’est ce qu’on appelle le last look.

           

          Cela est difficile à vérifier du fait que les algorithmes de google et le mécanisme d’enchère au sein de l’adserver est très opaque.

           

          L’entreprise américaine a annoncé il y a quelques temps qu’au sein de EBDA leur propre solution header-bidding ils n’avaient plus officiellement le last look et qu’il y avait une vraie mise en compétition.

           

          Qu’en est-il dans des configurations plus simple et plébiscitée aujourd’hui par la majorité des éditeurs mid-market où le header-bidding est implémenté dans l’adserver en priorité au prix ? Le mystère reste entier.

           

          Il serait intéressant de comparer les résultats en termes de revenus en configurant d’un côté une configuration classique expliquée au-dessus et d’une autre une configuration où les différents SSPs sont appelés indépendamment de Google pour en avoir le cœur net.

          Topics: Adsense, Adexchange

          Développez vos compétences

          Stratégies et techniques d’acquisition sur Google Ads, Facebook, Instagram et en SEO !

          Articles récents