Les données de campagne, nouvelle devise de l'adtech

      Une étude commanditée par Sizmek a révélé que les Walled Gardens (telles que Google ou Facebook) peuvent constituer un obstacle majeur au projet des marques à intégrer les données dans leurs processus de décision marketing. En effet, 68% des marketers affirment que les Walled Gardens ne fournissent pas suffisamment de données pour mesurer efficacement campagnes.


      L’étude, qui a interrogé plus de 500 marketers des principaux annonceurs en Europe et aux États-Unis, a également révélé que les deux tiers (66%) des marketers pensaient que le mode de fonctionnement des Walled Gardens constituait un obstacle majeur à l’amélioration de l’utilisation des données de première main à leur niveau, ou first-party data. Ainsi 65% d’entre eux ont également affirmé que les plateformes fermées ne fournissaient pas suffisamment d'informations et de reporting pour permettre des analyses comparatives avec d'autres canaux ou partenaires publicitaires. Sans un accès à ces données de performance consolidées, les marques courent le risque de surexposer leur public et de réduire ainsi le retour sur investissement de leurs investissements médias.


      Par conséquent, de nombreux annonceurs souhaitent disposer d’une accès plus détaillé, plus granulaire à leurs données. 83% d'entre eux déclarent qu'il s'agit d'une priorité essentielle ou d'une priorité élevée au cours des 12 prochains mois. Lorsqu'on leur a demandé quel type d’informations les marketers trouvaient le plus pertinent, au niveau du reporting, ceux-ci citaient en premier lieu “comprendre le comportement du public” (92%), suivi de “vue stratégique globale” (88%), et enfin “visibilité” (87%).


      Le RGPD est un autre facteur déterminant de la recherche par les annonceurs de la propriété des données de campagne. 77% de ceux qui ont été interrogés s'attendent à ce que le ciblage, et la mesure de performance de leurs campagnes par une tierce partie soient limités du fait de la nouvelle réglementation.


      Pour améliorer le retour sur investissement média digital, les annonceurs se tournent vers les plateformes de gestion de données (DMP) ouverte et les plates-formes DSP (Demand-Side Platform) intégrées, les trois quarts (75%) des technologies intégrées étant considérées comme prioritaires ou hautement prioritaires pour  l'année prochaine. Près de 88% des spécialistes interrogés déclarent vouloir devenir propriétaires des données créées à partir de leurs campagne.


      "Il est de plus en plus difficile pour les annonceurs de naviguer dans un écosystème adtech complexe, en particulier s’ils souhaitent optimiser l'efficacité de leurs campagnes digitale et  de leurs investissements médias", a déclaré Joshua Koran, directeur général de Sizmek. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est important pour les annonceurs d’avoir un contrôle simple et transparent sur les données et reportings granulaires générés à partir de leurs campagnes digitales. Cela permet de redonner le contrôle aux annonceurs en leur offrant, ainsi qu’à leurs agences, les outils nécessaires pour exécuter leurs campagnes programmatiques afin d’obtenir un rendement supérieur sur leurs dépenses publicitaires. En termes simples, si vous possédez vos données, votre avenir vous appartient.


      A l’autre bout de la chaîne de valeur adtech, il est également fondamental pour les éditeurs de collecter, traiter et exploiter les données des campagnes afin de mieux valoriser leur inventaire programmatique et le faire correspondre aux besoins d’annonceurs de plus en plus sophistiqués.

      Topics: Data