Les PMP ne sont pas prêts de disparaître

      Soyons clairs: les private marketplaces (PMP) sont loin d’être en déclin ou de perdre en importance. Ces marchés vendeurs ont passé des années à cultiver des relations avec des communautés de médias spécialisés, dont la plupart ne vendent pas leurs stocks en bourse.

      Ils ont été initialement conçus comme des collectifs entre agences et éditeurs, mais ont évolué pour devenir beaucoup plus influents auprès des communautés d'édition qu'ils servent.

      Marché privé : Kézako

      Le marché privé n'est pas une étiquette générale pour tout média achetant ou vendant en dehors des paramètres normaux de l'échange ouvert. Les enchères ouvertes à la RTB et les enchères privées ne doivent pas être confondues avec des opportunités de marchés / réseaux spécialisés, créés du côté de l’offre et de la programmatique directe. Les campagnes directes par programmation sont complètement différentes des enchères privées, dans lesquelles un acheteur souhaite activer des relations avec des éditeurs et des impressions individuelles soigneusement sélectionnées.

      D'autre part, les marchés privés sont des groupes de marques de médias dotés d'environnements contextuels et de normes de qualité communs, généralement gérés par un réseau. La demande pour ces PMP est souvent indépendante des ventes des éditeurs.

      La principale tâche des PMP est de fournir aux acheteurs un inventaire exclusif de haute qualité, tout en maintenant des CPM plus élevés et une sécurité de campagne optimale pour les éditeurs qu’ils servent. La plupart des petits éditeurs ne trouvent toujours pas leurs places sur le marché ouvert.

      C’est pourquoi ils se sont tournés vers des échanges privés de confiance qui ont permis de résoudre leur principal défi, celui de l’extensibilité.

      Du temps devant lui :

      Il est probable que les CPM sur le open marketplace vont chuter si le cookie se retire avant dans une dynamique de protection des données. Les éditeurs de toutes tailles vont trembler, et une fois que les CPM commenceront à baisser, ceux qui dépendent d’échanges ouverts vont chercher de nouvelles sources de revenus.

      C’est une bonne nouvelle pour les PMP, puisqu’il est probable que de nombreux éditeurs s’efforceront de stocker leurs inventaires le plus rapidement possible afin de maintenir les prix les plus élevés. De plus, il est probable que les enchères privées existantes résisteront à la tempête avec un impact économique minime. Dans ce scénario, les acheteurs et les agences n’auront pas d’autre choix que de continuer à utiliser des transactions privées.

       

      Schéma d'une PMP avec editeur/annonceur

      Topics: Adtech Prime